Pierre Vincent – Photographe » Projet

Photo : Haute verrière

Cette photo, je ne vous dirais pas où-elle a été prise, bien qu’elle soit complètement cohérente avec la série des Métro Lyonnais ce qui devrait vous donner quelques  indications.

Si quelqu’un a une idée, qu’il l’inscrive en commentaire de cet article (en cliquant sur la bulle en haut à droite) et je tenterais de vous guider jusqu’au lieu exact pour voir ceci.

J’ai découvert qu’il est très intéressant de prendre ces photos d’architecture, pour une raison toute simple, c’est qu’il faut les travailler, et qu’on a le temps.

Le modèle est relativement statique normalement (sauf à travailler sur une faille sismique particulièrement active) et on peut parfaire le cadrage au millimètre, et pour cause :

Ces photos sont généralement prise à l’ultra-grand-angle. En photo, il est toujours possible de se « rapprocher » légèrement en recoupant l’image. Les Millions de pixel de nos appareils permettent ceci sans trop de problèmes. Il n’est en revanche pas possible de créer ce qui est « hors cadre » (ou alors si, mais c’est long et délicat). Les objectifs Ultra-grand angle permettent de faire rentrer un maximum de choses dans le cadre. Plus la focale est petite, plus on rentre de chose. Ici, l’objectif est un 12mm, ce qui est déja petit.

Quel intéret d’avoir une focale très courte (12mm) puis de recarder ensuite ? Aucun, à part vouloir faire le malin.

A l’inverse de l’animalier donc, où on manque de temps, et où on recadra après, la majeure partie du travail en Architecture se passe avant d’appuyer sur le bouton, pour mettre l’appareil correctement.

Partagez cet article :

Photo : Danseuses

J’ai profité pour cette photo de connaitre (de mieux en mieux) une des danseuses, pour m’incruster discrètement à la fin de leur répétition.

Pour un studio de danse, la salle était assez claire. Comprendre en photo : 1600 iso et ouverture max pour avoir la chance d’atteindre les 1/300s et figer un peu le mouvement.

Le soleil à travers les petites fenêtre créait des raies de lumières qui devaient forcément apparaitre cramées, c’est comme ça.

J’ai pu voir une première fois la chorégraphie avant de commencer à prendre mes photos. Dans cette image, on retrouve le synchronisme des danseuses, les couleurs homogènes de la troupe et de la salle, et l’ambiance répétition avec les glaces, les barres et les tenues un peu disparates.

J’ai été agréablement surpris par le rendu du 450D à son maximum d’Iso. Le grain sans grande réduction se voit dans les parties floues mais vient plutôt donner du corps à l’arrière plan. Bref, j’ai shooté pour voir et je ne suis pas déçu.

A refaire ? Un jour où il y aurait moins de soleil par exemple, plutôt quelque chose de plus diffus.

Vous devez photographier de la danse ? Grands Isos, grande ouverture, et contre toute attente, vitesse à 1/150s minimum si vous voulez éviter les flous de mouvement. Le 18-55 est suffisant pour ce genre de travail, même si le 70-200 L tout blanc ouvre bien des portes lorsqu’on le fixe à son appareil…

Partagez cet article :