Pierre Vincent – Photographe » Voiture 11, place 51, 6h35

Voiture 11, place 51, 6h35

La gare du Creusot est endormie sous 5cm de neige. La motrice peine à faire démarrer le convoi, et en tête de train, je suis aux premières loges. On dirait un vieux diesel en fin de réservoir  Ça tousse, ça refuse de tirer, et puis ça repart quelques secondes avant de sursauter de nouveau. Des bruits de glace cognant sur le plancher viennent réveiller les cadres fatigués. Impossible de dormir dans ce martèlement incessant. Une succession de chocs secs aléatoires presque continus, presque. On dirait la bande son d’un film de guerre… diffusé au ralenti… et en 5.1 .

Et visiblement, il n’y a pas que les dormeurs qui sont dérangés. « En raison des conditions climatiques exceptionnelles…20min de retard ». Logique. Des passagers s’agacent. Logique. L’homme devrait peut-être apprendre que malgré ses iPhones, ses A380, ses satellites de contrôle et de communication et ses toilettes japonnais à jet d’eau thérmo-régulés, parfois, il neige.

A gauche, un type au cheveux blancs ingurgite les chiffres pré-digérés par ses équipe et naturellement restitués sur un power-point, imprimé pour la génération papier, à base de tableaux et de puces, in english of course, la langue des affaires. Le dirigeant réduit à présenter des chiffres qu’on a décortiqué pour lui, des ratios @A111 suivant l’approche plateforme, barrés bien-sur du faux tampon « Confidentiel ». En 2012, le Brésil a fait +17%, principalement sur les CHC. Voila pour la confidentialité. Mais quelle vérité masque ce chiffre ?
Devant lui, l’Iphone 5 montre ses capacités de connexion. Même au milieu de la France profonde. Même à 6h47, même sous la neige, on peut faire les soldes.

Sur ma tablette fume le même thé vert que d’habitude, celui qui devient imbuvable quand il a trop infusé. Pink Floyd dans les oreilles, fort. Juste ce qu’il faut pour prolonger la nuit, et rêver encore.

Partagez cet article :

Laissez un commentaire

« »